L’espace DRH Coach

Depuis 2011, Trajectives invite des DRH partenaires à des matinées uniques de partage, de réflexion autour des pratiques d’accompagnement des organisations. Un temps de respiration dans des agendas chargés pour penser sous d’autres angles, expérimenter de nouvelles approches. Chacun repart avec une idée nouvelle, enrichi de l’expérience des autres.

Le 14 mars dernier, nous avons exploré une question d’actualité : Le discernement : de l’élaboration des choix à la décision finale, inspirés par les ouvrages de L. Falque et R. Bougon, nourris de nos expériences et grâce à des exercices pratiques.

Discerner pour décider

Décider est souvent considéré comme la raison d’être des responsables en entreprise. Loin d’être un acte simple, les dirigeants sont peu outillés pour formaliser leur processus de décision, qui repose souvent sur des habitudes implicites et culturelles.

Inspiré de l’approche ignacienne, le processus de discernement que nous avons exploré chahute l’idée reçue que discerner demande un temps long. Il réunit de façon pragmatique des fondements philosophiques, spirituels et psychologiques, met en œuvre le rationnel et l’intuition pour des décisions ancrées dans la réalité.

 

 

Les six étapes du processus de discernement

  1. Partir de la finalité: tout au long du processus, expliciter la finalité sera un ancrage rigoureux et un socle incontournable. Qu’elle soit individuelle ou collective, la décision sera prise au service de la finalité.
  1. Formuler la question du choix: elle s’exprime sous la forme d’une alternative « est-il préférable que je fasse ceci ou cela?» ou sous la forme d’un dilemme « dois-je ou ne dois-je pas ?». Tout choix peut se formuler en rassemblant toutes les options explorées sans les exclure. Et Le choix n’est pas la décision !
  1. Retrouver davantage de libre arbitre: Cette étape invite à éprouver une égale indifférence entre les choix formulés afin de de les explorer pleinement en se libérant de ses croyances, peurs ou routines.
  1. Approfondir ses délibérations: Il s’agit de creuser en profondeur chacun des scenarii : rassembler les informations, étudier les inconvénients et les avantages, les laisser vivre en soi ou au sein du collectif, une heure, une nuit, une semaine …
  1. Confirmer et prendre la décision: Une préférence a émergé et le processus requiert de prendre le temps de la confirmer, de la vérifier auprès des tiers. Le vécu de soulagement est un bon repère pour savoir que la décision qui se dessine est la bonne au regard de la finalité.
  1. Mettre en œuvre sa décision: Elle implique de communiquer et de donner le sens de la décision au regard de la finalité.

Verbatim de fin de session

« Partager les finalités qui peuvent être très différentes de manière plus explicite permet de mieux éclairer les choix divergents »

« Je constate que pour des décisions à fort enjeux, le risque d’altération de la capacité du dirigeant à discerner est élevé en raison de sa fatigue psychique et mentale ou de son manque de recul :  lui permettre de traverser un processus structuré en 6 étapes, permet la juste distanciation ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires